Les traitements de chirurgie du cancer du sein

Le traitement d'un cancer du sein peut comprendre de la chirurgie, de la radiothérapie, de la chimiothérapie et de l’hormonothérapie.
La chirurgie est le plus souvent réalisée en premier et peut être suivie d'une chimiothérapie et/ou d'une radiothérapie et/ou d'une hormonothérapie.
Elle a pour objectif d'enlever les tissus atteints par les cellules cancéreuses.

Deux types d’interventions chirurgicales peuvent être pratiqués :

  • La tumorectomie (ou chirurgie conservatrice) consiste à retirer la tumeur et une petite quantité des tissus qui l’entourent de façon à conserver la plus grande partie du sein.
    Elle concerne environ 75% des cas de chirurgie de cancer du sein.
  • La mastectomie (ou chirurgie non conservatrice) consiste à retirer la totalité du sein y compris l’aréole et le mamelon

La tumorectomie

Une tumorectomie est proposée lorsque la tumeur est suffisamment petite par rapport à la taille du sein pour permettre de l’enlever complétement avec une marge de tissus sains autour et assurer un résultat esthétique satisfaisant.
Lorsque la tumeur est volumineuse, l'intervention peut être précédée d'une chimiothérapie appelée chimiothérapie néo adjuvante afin d'en réduire suffisamment la taille pour réaliser une tumorectomie

La mastectomie

La mastectomie est réalisée dans les cas suivants :

  • La tumeur est trop volumineuse par rapport à la taille du sein pour réaliser une tumorectomie, une chimiothérapie ou une hormonothérapie néo adjuvante qui pourraient en diminuer le volume.
  • La forme de la tumeur ou l'endroit où elle se trouve rend impossible une tumorectomie : il resterait très peu de tissu mammaire ou le sein serait trop déformé.
  • Plusieurs tumeurs sont présentes dans le même sein.

L’ablation du sein est décidée quand il n’y a pas d’alternative dans le traitement local de la maladie.

Le curage axillaire

Le curage axillaire consiste à retirer un ensemble de ganglions lymphatiques de l'aisselle.
Le but est d'enlever toutes les cellules cancéreuses qui auraient pu se propager jusqu'aux ganglions lymphatiques et ainsi de réduire le risque de récidive de la maladie. Il permet aussi de préciser si la maladie progresse au-delà du sein et donc de contribuer au choix des traitements complémentaires à la chirurgie.

L’exérèse du ganglion sentinelle

L’exérèse du ganglion sentinelle consiste à enlever le ou les premiers ganglion(s) lymphatique(s) de l'aisselle le(s) plus proche(s) de la tumeur pour vérifier, par analyse anatomopathologique, s'ils contiennent ou non des cellules cancéreuses. Cette technique permet de réserver le curage axillaire aux seules tumeurs qui le nécessitent, en cas d'envahissement ganglionnaire.
L'objectif est de repréciser si la tumeur s'étend au-delà du sein, de déterminer si un traitement complémentaire par chimiothérapie ou si une radiothérapie des ganglions est nécessaire.

Les suites de l’intervention

Les suites de l’intervention font l’objet d’une surveillance constante et de soins par les infirmières :

Des douleurs que vous pourrez ressentir dans la zone opérée.

  • L’écoulement de la lymphe.
    Un drain (petit tuyau en plastique ou en caoutchouc) a été mis en place au niveau de l'incision pendant l'intervention. Ce tuyau très fin permet d'évacuer les liquides (sang, lymphe) qui peuvent s'accumuler au cours de la cicatrisation. Ce drain n'est pas douloureux, tout au plus un tiraillement.
  • La cicatrisation 
    Pour les femmes qui ont été opérées d’une mastectomie, le moment tant redouté est la découverte de la cicatrice et surtout « le vide » laissé par la chirurgie. Cela est un moment difficile et douloureux.
    Les infirmières le savent et sont attentives aux réactions des patientes et elles respectent leurs émotions. Elles vous proposeront de regarder ou non votre cicatrice, rien n’est imposé. C’est vous qui déciderez de ce que vous voulez faire, lorsque vous serez prête, que ce soit à l’hôpital ou chez vous.

Pour les femmes opérées d’une mastectomie :
Avant votre sortie, l’infirmière vous donnera une prothèse provisoire en mousse que vous glisserez dans votre soutien-gorge. Si ce n’est pas le cas, ce sera la bénévole de Vivre Comme Avant qui vous l’offrira lors de sa visite.

La durée d'hospitalisation est courte : 1 à 4 jours en général. Elle varie en fonction de l'intervention pratiquée, de votre état de santé général et de la façon dont vous avez supporté l'intervention.
Les tumorectomies se pratiquent de plus en plus en ambulatoire.
Pour en savoir plus, vous pouvez consultez notre rubrique : « La chirurgie ambulatoire du cancer du sein ». Cette rubrique est en cours de rédaction et sera disponible prochainement

L’examen anatomopathologique

La tumeur et/ou les ganglions qui ont été retirés sont transmis au laboratoire pour être analysés. L’examen anatomopathologique permet de confirmer le type de tumeur ainsi que son stade en identifiant jusqu'où les cellules cancéreuses se sont propagées et en déterminant, le cas échéant, le nombre de ganglions atteints, et aussi le grade (c’est-à-dire le degré d’agressivité de la tumeur)
C'est à l’aide des résultats de l'examen anatomopathologique que les médecins décideront d’un éventuel traitement complémentaire à la chirurgie.

Les réactions émotionnelles les plus fréquentes

La tumorectomie et la mastectomie sont des interventions chirurgicales courantes dont le déroulement évolue normalement. Les suites opératoires sont bien gérées par l’équipe médicale. L’hospitalisation est courte, même très courte si vous êtes opérée en chirurgie ambulatoire. Aussi, vous allez peu à peu reprendre vos activités normales de la vie de tous les jours.
Néanmoins, l’acceptation de la tumorectomie et encore plus de la mastectomie est variable avec une multitude de réactions propres à chaque femme.
Chacune va éprouver des sentiments très divers , « normaux » et légitimes :

  • le soulagement « Cà y est. C’est fait. Le mal est parti » 
  • le déni « Ce n’est rien, c’était un mauvais moment à passer »
  • la peur des éventuels traitements à venir « Qu’est-ce qui va se passer maintenant ? »

D’autre part, et ce n’est pas anormal, vous pouvez ressentir de la tristesse, du chagrin, de l’angoisse et une grande fatigue. Toute cette énergie accumulée depuis plusieurs semaines, ce courage pour « y aller » … Vous vivez un relâchement d’une multitude de tensions.

Vous pouvez éprouver le besoin, l’envie … de parler à une femme qui, elle aussi, a été opérée du sein. Le soutien qu’elle peut vous apporter peut être un élément essentiel dans votre rétablissement.
Elle peut vous rendre visite pendant votre hospitalisation.
Vous pouvez lui téléphoner à tout moment, dès votre retour chez vous, dans les semaines ou les quelques mois qui suivent l’opération.
L’important est que vous sachiez que vous pouvez nous joindre si vous éprouvez le besoin de parler à quelqu’un.

Appelez-nous au 01.53.55.25.26

Demandez nos coordonnées aux médecins ou aux infirmières.

Nous vous répondrons dans les meilleurs délais. Ne restez pas seule avec vos questionnements. Nous sommes là pour vous aider à avancer dans votre cheminement.
Les informations médicales citées dans cette rubrique sont issues du site de l’INCa :