Gérer la fatigue après les traitements

Vous avez fini vos traitements et vous vous sentez toujours aussi fatiguée. La pratique régulière d’une activité physique est un bon moyen de réduire la fatigue.

« Je me repose mais rien n’y fait »

Effectivement avant d’être malade, lorsqu’on était fatiguée (trop de travail ou d’activité, un manque de sommeil, des préoccupations qui affectent notre vitalité, etc.), on savait ce qu’il fallait faire pour aller mieux : on se reposait, on en faisait moins, on se couchait plus tôt et on récupérait vite.

La fatigue liée au cancer est particulière

« Elle est liée au cancer ou à ses traitements. Elle est courante et elle peut persister dans le temps (25% à 30% des personnes la ressentent 5 à 10 ans après les traitements) ».
Cette fatigue qui accompagne le cancer :

  • est définie comme un sentiment inhabituel de fatigue.
  • est disproportionnée par rapport à l’activité de la personne
  • et non soulagée par le repos ou le sommeil »

(HAS- Haute Autorité de Santé- Juillet 2019)

C’est un phénomène courant et connu des médecins

Après une période, plus ou moins longue, d’inactivité physique due à la maladie, aux traitements, à d’autres facteurs comme la fatigue, l’anxiété…, les personnes perdent confiance dans les capacités de leur corps et n’ont qu’une envie : se reposer !
« Moins j’en fais, moins j’ai envie d’en faire et moins je suis capable d’en faire. »
Et bizarrement un des facteurs d’épuisement après les traitements c’est le repos !

L’activité physique réduit la fatigue

Les personnes craignent que l’activité physique ne les fatigue. Or le fait de pratiquer une activité physique permet de réduire la fatigue, de regagner en vitalité et de se sentir mieux, de retrouver confiance en son corps.

Choisissez une activité qui vous plait,
adaptée à votre condition physique et à votre état de santé

Vous pouvez commencer par de la marche.
Sachez que pour que l’activité physique soit efficace, c’est-à-dire qu’elle vous apporte un bien-être, vous devez la pratiquer de façon régulière.
Essayez d’y consacrer au moins 30 minutes par jour, en plusieurs séances distinctes de 10 minutes chacune.
Puis progressivement vous pratiquerez si possible 3h par semaine.

Qu’est-ce que vous pouvez faire ?

  • Marcher, aller faire les courses à pied, promener votre chien…
  • Monter et descendre les escaliers
  • Faire du jardinage, du ménage…
  • Faire des étirements, des exercices de gymnastique, du yoga…
  • Faire du vélo
  • Nager 

L’activité physique, ce n’est pas que le sport.

Ce sont tous les mouvements corporels réalisés dans la vie quotidienne.

Prenez-soin de vous

Si vous êtes vraiment fatiguée, cela ne sera pas toujours envisageable. Ne vous sentez pas coupable de ne pas être capable de tout de suite fournir un effort. Ne rien faire et vous reposer peut d’abord être une priorité.

Consultez votre médecin

Parlez-lui de votre fatigue si elle est toujours intense.

Demandez-lui des conseils concernant le type d’exercices que vous pouvez faire et à quel rythme.
Il va évaluer votre condition physique et va vous rassurer.

 

Vous étiez sportive avant la maladie ?

Vous devriez pouvoir reprendre votre sport sans trop de difficultés.

 

Vous n’avez jamais été active physiquement auparavant ?

Commencez lentement
et augmenter graduellement l’effort

 

Elles témoignent

« Après la radiothérapie, j’étais fatiguée. Je me traînais. Ce qui m’a motivé, c’est d’aller chercher mes enfants à l’école à 15 minutes à pied de la maison. Cela m’a fait beaucoup de bien : prendre l’air, bouger et faire ce cadeau à mes enfants ! »

« Après mon opération, j’étais très fatiguée. J’ai vite repris la marche.
Dès que j’ai pu, je suis retournée à la piscine. J’ai pu améliorer la mobilité de mon bras et me vider la tête. Un vrai bénéfice ! »

« Je ne pratiquais aucun sport régulier avant la maladie. Je me suis mise à la gymnastique douce et cela m’a fait beaucoup de bien. »